Lettre ouverte à mon père, maire de Mopti, la « Venise du Mali »

Article : Lettre ouverte à mon père, maire de Mopti, la « Venise du Mali »
Étiquettes
12 janvier 2021

Lettre ouverte à mon père, maire de Mopti, la « Venise du Mali »

À M. El hadj Issa Kansaye, maire de la commune urbaine de Mopti

Je vous adresse cette correspondance pour vous donner mes nouvelles, mon père, et en retour recevoir les vôtres et celles du collège communal de Mopti, la « Venise du Mali ».
Permettez moi tout d’abord, Monsieur le Maire, de vous féliciter cordialement pour les nombreuses réalisations que vous avez eu à faire en un laps de temps et avec des moyens locaux très limités. Certains diront que c’est absurde de remercier un élu pour une réalisation pour laquelle il s’est porté garant, mais je ne vois humainement rien de déplacé à dire merci à une personne pour un service rendu avant de rendre gloire à Dieu.

Loin d’être un pirate borgne aux commandes du navire « Suudu babaa » ou un de vos détracteurs qui ne peut qu’avoir un jugement d’humeur ou de valeur, le bilan de votre collège communal est à la fois farouchement mitigé et très largement élogieux.
L’image de la Venise s’est nettement améliorée sous votre coupole et une grande partie de la ville vous en est reconnaissante.
Cependant, le résultat attendu de vos activités n’est ni rose ni morose, et cela relève de la nature humaine qui est insatiable depuis la Genèse. Ne serait-ce que la réhabilitation du groupe scolaire Robert Cissé de Gangal, qui a gouverné mes premiers pas d’écolier, je ne saurais compter le nombre de joyaux architecturaux (centres de santé, écoles, banques de céréales, routes, etc…) qui sont sortis sous terre au cours de votre première mandature.

Comme chez tout bon environnementaliste, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Le bémol du charme de ces réalisations demeure le sempiternel problème d’insalubrité que connaît la ville depuis plusieurs décennies. La ville de Mopti est sale et pire à chaque hivernage, les Mopticiens vivent dans un véritable supplice.
En outre, je ne saurai faire fi de votre gestion opaque des ressources humaines et financières du denier public de la région, qui est le cœur névralgique des tensions et des fractures sociales entre les jeunes de la même ville. Cette ambiance hostile se fait sentir à des milliers de kilomètres sur les réseaux sociaux et dans les différents grains du petit soir.

Chaque citoyen a son mot à faire savoir dans la démocratie participative et le droit de regard des gouvernés sur les gouvernants fait bon ménage avec la transparence qui engendre du principe de redevabilité de la décentralisation.
Les critiques positives ou constructives ne sont pas blâmables dans toute bonne démocratie mais elles ne donnent pas le droit de faire un faux procès et de violer les règles de l’art de s’opposer pour mieux proposer.
Les élus communaux ne sont pas au dessus de la loi. L’ouragan des interpellations et des mises sous mandat de dépôt de plus d’une dizaine de maires, sur l’ensemble du territoire national par le pôle économique n’a nullement emporté votre écharpe de maire. Elle a plutôt alimenté la nauséabonde odeur de corruption et de clientélisme qui plane autour de votre équipe communale.

À défaut des restitutions périodiques, une cellule de communication alerte et interactive, avec un compte Twitter ou Facebook, pourrait atténuer l’ampleur des imbroglios politiques et sociales et mieux renseigner l’opinion régionale et nationale sur les informations nécessaires par rapport aux différents projets de société et activités organisées par l’Hôtel de ville.

Pour l’heure, Mopti fait face à plusieurs défis à relever d’urgence, avec les impacts catastrophiques de la crise sécuritaire et alimentaire. Sachez que le moment n’est pas opportun pour faire de Mopti le « Las Vegas by night » du Mali à chaque réveillon.
Trop de lumière tue l’exploit et crée le flou dans les cœurs déjà meurtris par les séquelles d’une cohabitation inondée et exondée par le terrorisme et son pêle-mêle inhumain de violences assorties.

J’espère que l’opération ville lumière de cette fin d’année 2020 sonnera le glas de nos années de souffrances et de calvaire.
Sur ce, Fiat lux pour que le meilleur pour Mopti soit ! Avec à la clé, 2021 comme le début de nos années lumières.

Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2021 !

Partagez

Commentaires